Quand je danse...

Quand je danse, je danse ; quand je dors, je dors ; et quand je me promène solitairement en un beau verger, si mes pensées se sont entretenues des occurrences étrangères quelque partie du temps, quelque autre partie je les ramène à la promenade, au verger, à la douceur de cette solitude et à moi. Nature a maternellement observé cela, que les actions qu’elle nous a enjointes pour notre besoin nous fussent aussi voluptueuses, et nous y convie non seulement par la raison, mais aussi par l’appétit : c’est injustice de corrompre ses règles. 

Montaigne, Essais (III, 13, 1107)
in Œuvres complètes, Seuil, 1967

Montaigne-Dumonstier.jpg

Portrait présumé de Michel de Montaigne, auteur anonyme